Saint Silouane et l’amour des ennemis

Saint Silouane, moine russe du Mont Athos, est mort en 1938. Il est considéré par les orthodoxes comme un des plus grands saints du siècle dernier, en raison de sa vie spirituelle exceptionnelle, couronnée par la vision du Christ. Il a laissé un riche enseignement, en particulier sur l’amour des ennemis. Méditons ces quelques extraits :

Lorsque j’étais encore dans le monde, j’aimais de bon cœur pardonner ; je pardonnais facilement et je priais volontiers pour ceux qui m’avaient offensé ; mais quand je vins au monastère, alors que j’étais encore novice, je reçu une grande grâce et elle m’apprit à aimer mes ennemis. L’amour des ennemis suppose qu’on leur pardonne les offenses et que l’on prie pour eux. Néanmoins, le pardon n’est pas encore l’amour et la prière peut précéder l’amour et n’en être pas encore une manifestation.

La pitié résulte de la conscience que celui qui fait le mal et s’oppose à la vérité se prive des bienfaits de Dieu et se voue aux souffrances de l’enfer dont il éprouve déjà les prémices. L’âme a compassion des ennemis et prie pour eux, parce qu’ils se sont éloignés de la vérité et vont en enfer. Voilà ce qu’est l’amour pour les ennemis.

On aura de la compassion même pour les démons, car ils sont détachés du bien , ils ont perdu l’humilité et l’amour de Dieu...Celui qui a appris du Saint Esprit à aimer Dieu verse des larmes pour le monde entier. Si Dieu te donne une bonne place dans le Paradis et que de là tu voies dans le feu celui auquel tu as souhaité des tourments, n’auras tu pas alors pitié de lui ?

Nous ne devons avoir qu’une seule pensée, que tous soient sauvés. Pour avoir la paix de l’âme, il faut s’habituer à aimer celui qui nous a offensé et à prier immédiatement pour lui. L’âme ne peut avoir de paix si elle ne demande pas de toutes ses forces au Seigneur le don d’aimer tous les hommes. A celui qui aime ses ennemis, le Seigneur donne la joie de Le glorifier sans cesse jour et nuit.