Mémoire d’espérance

Beaucoup de théologiens et de spirituels orthodoxes rejettent la notion d’enfer comme éloignement définitif de Dieu ; Le partage ne se fera pas lors du jugement dernier entre, d’un côté -les bons, et de l’autre – les mauvais, mais en chaque homme entre ce qu’il y a de positif et de négatif en lui. De même, les âmes saintes n’entrent pas tout de suite dans la vision plénière de Dieu : elles attendent que tous les hommes, toute la Création soient sauvés. La prière pour le salut universel est assez répandue dans le monde orthodoxe : on ne se sauve pas seul, mais en communion. Lors de la Résurrection finale, les personnes puiseront un corps transfiguré dans la chair transfigurée du monde. Et nous avons l’espérance que l’Esprit soufflera assez fort pour que tout soit emporté en Dieu.