La nuit des veilleurs
Bandeau
Nuit des Veilleurs 2018
         

Daniel Gwynn
États-Unis

Daniel Gwynn a été condamné à mort en Pennsylvanie en 1995. Il est accusé d’avoir mis le feu à un foyer de sans-abris dans lequel une femme a péri.

Il est revenu sur ses aveux à la police, obtenus sous la contrainte et alors qu’il était en sevrage de drogues dures.
Un professeur de droit a révisé son dossier : il estime que la confession de Daniel contient beaucoup d’imprécisions et qu’il n’existe aucune preuve permettant de la corroborer. Pour cause : il n’y a eu aucune enquête après que Daniel a signé ses aveux. Pourtant les résidents du foyer ont informé les autorités qu’un certain « Rick » les avaient menacés de mort peu avant l’incendie parce qu’ils avaient témoigné contre lui dans une affaire de meurtre.

Daniel a aujourd’hui 48 ans. Il a passé 23 ans dans le couloir de la mort dans des conditions très dures. Il passe la majorité de son temps à l’isolement cellulaire, une pratique assimilable à une torture parce qu’elle provoque des souffrances morales et physiques graves.

Daniel fait partie du programme ACAT de correspondance avec des condamnés aux États-Unis.

Que pouvez-vous faire ?

Vous pouvez lui écrire (la prison n’accepte que les courriers en anglais dans des enveloppes blanches mentionnant l’adresse de l’expéditeur/rice) :

Daniel Gwynn CW5713
S.C.I. Greene
175 Progress Dr
Waynesburg PA 15370États-Unis

PRIEZ POUR LUI. PRIEZ POUR SA LIBERATION.


Les victimes
You need to upgrade your Flash Player
Abdulhadi Al Khawaja

Bahreïn
Naâma Asfari

MarocSahara occidental
Rached Jaïdane

Tunisie
Daniel Gwynn

États-Unis
Roberto Carlos Ruíz Hernández

Mexique
Bertrand Zibi Abeghe

Gabon
Abdellahi Matalla Saleck et Moussa Bilal Biram

Mauritanie
Victoire Ingabire

Rwanda
Wu Gan

Chine
Nguyễn Ngọc Như Quỳnh

Viêt Nam
Bougie
Dans la nuit du 26 juin, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies de soutien aux victimes de la torture, les chrétiens du monde entier s’engagent à soutenir par leurs prières ceux qui souffrent aux mains des bourreaux.